Depuis janvier 2021, les vélos neufs doivent être identifiés

Depuis janvier 2021, les vélos neufs doivent être identifiés

 

Chaque année, ce sont près de 400.000 vélos qui sont volés en France, soit un vol toutes les minutes en moyenne. Des chiffres affolants qui ont poussé le gouvernement à réagir en adoptant une nouvelle mesure d'identification des vélos. L'objectif est de lutter contre le vol et le recel et de retrouver les propriétaires plus facilement. 

Une base de données d'identifiants consultable par les forces de l'ordre

Le risque de vol de vélo reste l'un des principaux freins à son développement. À Paris, on estime qu'environ 17 vélos sont volés par jour, sans compter les vols non déclarés. Une enquête du Parisien mettait récemment en lumière l'existence de réseaux de receleurs bien organisés, qui en ont fait un business très lucratif. Il est souvent très difficile de retrouver un vélo volé, car ils sont difficilement identifiables et revendus très rapidement.

Désormais, chaque vélo neuf doit comporter un numéro d'identifiant unique rattaché à une base de données nationale. Ainsi, le gouvernement entend réduire le risque de vol par son effet dissuasif. Pour appuyer l'efficacité de cette nouvelle loi, les ministères de l'Intérieur et de la Transition écologique précisent que « les forces de l'ordre seront équipées et formées pour consulter le fichier national pourront directement contacter le propriétaire lorsqu'un vélo est retrouvé ». 

Une mesure étendue aux vélos d'occasion dès juillet 2021.

La loi ne s'arrête pas là. Tous les vélos vendus en magasin à partir du 1er juillet 2021 seront soumis au même texte. Ils devront être eux aussi identifiables par un numéro unique et rattachés à un propriétaire.

Le but de cette nouvelle loi reste avant tout dissuasif, car identifier son véhicule n'empêchera pas un vol. Pour que cette mesure prenne toute son efficacité, il faut continuer à investir dans un bon anti-vol de vélo, en U de préférence pour la résistance qu'ils offrent par rapport aux chaines.

Quels dispositifs pour identifier son vélo ?

Le décret indique que la marque d'identification du vélo doit se trouver « sur le cadre du cycle sauf circonstances particulières et lisible sans difficulté sur un cycle en stationnement ».

Désormais, le vendeur d'un vélo neuf en magasin a l'obligation de vous proposer un système de marquage de votre nouveau deux-roues. Mais vous pouvez prendre les devants en identifiant vous-même votre vélo actuel. Voici 3 façons d'identifier un vélo avec un numéro unique enregistré dans un fichier national :

  • Recobike est un système de marquage à faire souder sur le cadre du vélo par un professionnel, à l'aide d'une résine spéciale. Il suffit ensuite d'ouvrir un compte sur le site internet Recobike afin d'entrer les informations relatives à son vélo.
  • Bicycode est une gravure apposée directement sur le cadre par un professionnel. Bien que l'opération soit très dissuasive, il ne convient pas à tous les cadres (impossible sur les cadres en carbone) et encore trop peu de professionnels disposent du matériel adéquat.
  • Paravol est un dispositif d'identification à installer soi-même. Ce sticker THR (Très Haute Résistance) convient à tous les cadres et résiste aux intempéries, aux UV et à l'arrachage. Toute personne passant dans la rue peut savoir si un vélo est volé en scannant le QR code du sticker à l'aide de son smartphone. Ainsi, elle peut prévenir la police qui contacte le propriétaire. Paravol s'occupe de la restitution du vélo à hauteur de 50 euros.

Par gravure, collage ou soudure, toutes ces solutions d'identification compliquent la tâche du voleur ou du receleur, qui se tournera certainement vers des vélos non marqués. Mais elles restent uniquement dissuasives et ne vous dispensent pas d'accompagner ce marquage d'un bon antivol afin d'augmenter vos chances de retrouver votre fidèle destrier là où vous l'avez laissé !


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés